Présentation de votre Psychologue



Dominique Asenjo
Psychologue, Psychothérapeute, Psychanalyste

  • D.E.S.S. Psychologie clinique et pathologique - Université Paris 13 - Sorbonne Paris-Nord
  • Formation initiale EMDR Europe - École Française de Psychothérapie EMDR (EFPE)

J'accueille les adultes, jeunes adultes et adolescents. Les séances que je propose s'articulent autour de la psychothérapie, du retraitement du psycho-traumatisme par la thérapie EMDR (processus de traitement adaptatif de l'information), de la psychanalyse, dans une approche humaniste.
Je pratique en institution hospitalière et en cabinet privé depuis 25 ans.


- La dépression (trouble dépressif majeur) est une maladie médicale courante et grave qui affecte négativement ce que vous ressentez, votre façon de penser et votre façon d’agir. La dépression provoque des sentiments de tristesse et / ou une perte d’intérêt pour les activités une fois appréciées. Cela peut entraîner divers problèmes émotionnels et physiques et réduire la capacité d’une personne à fonctionner au travail et à la maison.

- L’épuisement professionnel, c’est quand votre corps et votre esprit ne peuvent plus fournir d’effort. Votre mental est envahi de pensées incessantes. L’angoisse est insupportable. Parfois, l’épuisement professionnel se manifeste lentement.

- Qu’est-ce que la névrose d’échec d’un point de vue freudien dans la conception psychanalytique de ce comportement ? En effet, Freud aborde la névrose d’échec dans son célèbre ouvrage « Psychopathologie de la vie quotidienne » et dans un écrit plus concis, « Ceux qui échouent avec le succès ». Dans le droit fil de cette école psychanalytique, quelques années plus tard, le docteur René Laforgue reprend l’étude de cette pathologie. Mais, au juste, qu’est-ce que la névrose d’échec et quelles sont ses origines ? On fait le point.

Les symptômes de la névrose d’échec.

Chez les personnes souffrant de névrose d’échec, on peut souvent constater que les symptômes commencent à se manifester à l’approche de succès et de leur réussite. Ceci dans tous les domaines, qu’il soit d’ordre affectif, matériel ou social, sexuel ou intellectuel. Elle s’opposerait donc à l’épanouissement de la personnalité.

Quelquefois, par exemple, l’échec affectif semble compensé par un succès matériel. Mais en réalité, ce n’est qu’une façade. Car, l’étude psychanalytique de ces cas montre que toute activité du sujet dans la réalisation de ses aptitudes est plus ou moins mise en échec.